Monde

Cemac: Idriss Dédy dénonce un relâchement de la discipline budgétaire

Le jeudi 25 octobre 2018, à Ndjamena, était jour d’ouverture du Sommet extraordinaire des chefs d’Etats de la Cemac, espace communautaire formé par le Cameroun, le Congo, le Gabon, la RCA, le Tchad et la Guinée équatoriale.

le président Idriss Déby Itno lors de ce sommet extraordinaire  a dénoncé le « relâchement de la discipline budgétaire » au sein de cette communauté.

Pour le chef de l’Etat tchadien, cette réalité, couplée aux « délais importants enregistrés dans la conclusion des accords avec le FMI (cas du Congo et de la Guinée équatoriale, Ndlr), le rapatriement insuffisant des recettes d’exportation, ainsi que les écueils constatés dans la réforme de certaines institutions communautaires », exposent les pays de la Cemac « à de nombreux risques susceptibles de compromettre les efforts » consentis depuis le Sommet de crise organisé à Yaoundé en décembre 2016.

A l’ouverture de la 5ème session ordinaire du Comité de pilotage (COPIL) du Programme des réformes économiques et financières de la Cemac (PREF-Cemac), le 22 juin 2018 à Douala au Cameroun, le président de la Commission de la Cemac, le Gabonais Daniel Ona Ondo, redoutait la période de ralentissement autour des cours mondiaux du brut ne crée « le risque de ralentir le rythme des efforts d’ajustement budgétaire et de réformes structurelles » dans la zone Cemac.

La remontée des prix du pétrole conduise plutôt les gouvernements à « réenclencher le processus de financement des projets sans réelle portée pour les populations ».

Voir plus

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close