AfriquePolitique

Des clandestins congolais tués en Angola en marge des opérations d’expulsion

Plusieurs Congolais ont été tués en Angola en marge d’une opération lancée par Luanda pour expulser les étrangers en situation irrégulière qui vise des milliers de Congolais, ont rapporté lundi des sources des deux pays. Plusieurs Congolais ont été tués en Angola en marge d’une opération lancée par Luanda pour expulser les étrangers en situation irrégulière qui a visé notamment des milliers de Congolais, ont rapporté lundi des sources des deux pays. Des médias angolais ont rapporté lundi que des violences dans la ville de Lucapa (nord), dans la province angolaise du Lunda Norte voisine de la frontière avec la République démocratique du Congo (RDC), avaient fait 11 morts, dix Congolais et un policier angolais, depuis mercredi.

Ce bilan a été confirmé à l’AFP par José Zeca Mutchimapar, président du protectorat Lunda Tchokwés qui milite pour l’autonomie de la région. En RDC, un « comité des Congolais vivant en Angola » parlé de 14 Congolais tués samedi dans des affrontements avec la police angolaise à Lucapa. Interrogé par l’AFP, un porte-parole de la police locale angolaise, Rodrigues Zeca, a catégoriquement démenti ce chiffre.

« C’est un mensonge. Il n’y a pas eu quatorze morts et pas de policier tué ici (…) tout ça n’est que de la spéculation », a déclaré M. Zeca, « les Congolais illégaux veulent créer une tempête dans un verre d’eau pour profiter de la situation ».  Les autorités angolaises ont lancé la semaine dernière dans la région une opération visant « les étrangers en situation irrégulière dans le pays et notamment dans les maisons d’achat de diamants » d’après le porte-parole du gouvernement provincial Armando Cipema. Il a établi que 800 personnes d’origine Congolaise, Libanaise, Malienne et Nigérianes ont été arrêté par les forces de l’ordre. Elles ont aussi saisi quelque 3.000 diamants, 150 véhicules et plus de 80.000 dollars.

Selon des médias angolais, cette opération a provoqué de violents affrontements entre population locale et étrangers et l’intervention de la police. Au moins 6.000 Congolais ont passé la frontière pour rentrer dans leur pays, selon leurs autorités. Le poste-frontière congolais de « Kamako est submergé. Il n’y a aucune assistance », a déclaré à l’AFP Jean Kambamba, chef d’antenne du programme de l’hygiène aux frontières en poste à Kamako (Kasaï). « Il y a des refoulés et des retours volontaires. Les refoulés sortent totalement démunis. Ils racontent qu’ils ont été pris dans les puits de diamants et les autres dans les rues par la police angolaise qui les a embarqués dans des camions pour être reconduits à la frontière », déclarait cette même source vendredi. Selon M. Bernardo, l’Angola, qui compte quelque 28 millions d’habitants, abrite 3 millions de citoyens étrangers, dont environ la moitié vit illégalement essentiellement dans les zones d’exploitation du diamant.

 Des pistes plus coopératives seraient plus en accord avec l’esprit d’intégration de l’Union Africaine mais la situation est encore loin d’en arriver là.

Voir plus

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close