ÉconomieScienceSociété

Les transactions Mobile Money couvrent 17,5 % du PIB camerounais. (FMI)

Le Fonds monétaire international (FMI) a diffusé un rapport sur l’économie camerounaise le 30 août. Dans la section de la digitalisation des flux d’argent, « les transactions de mobile money ont atteint 3,5 mille milliards FCFA [3 500 milliards FCFA] (17,5 % du PIB) contre 0,3 mille milliards [300 milliards FCFA] en 2016 ».

Les possibilités qu’occasionnent un taux d’ouverture de comptes mobile money passé de 9 % de la population adulte en 2012 à environ 28 % en 2016, permettent de prédire que le seul quart des utilisateurs de téléphones portables qui utilisent les services bancaires mobiles va être une estimation largement dépassée au fil du temps comme le montre la tendance amorcée en 2017. Cette tendance fait donc comprendre que pour une forme de monétarisation lancée seulement en 2012, les services de mobile money transforment et boostent significativement l’inclusion financière aux yeux du FMI. La Voix Libre (LVL) fait donc une analyse sur l’influence d’un gel des flux assurés par les institutions financières dans un pays en situation d’attente et/ou de désapprobation des résultats post-électoraux en se basant sur les données cibles :

– 5 banques sur 12 (Afriland, BICEC, UBA, Société Générale et Ecobank) proposent des services bancaires mobiles ;

– Les microfinances n’ont pas le droit de fournir ce service même si « Express Union mobile » fonctionne à peine ;

– L’accès aux services financiers formels au Cameroun est l’un des plus faibles en Afrique subsaharienne;

– 38 % du total des actifs bancaires et plus de la moitié des institutions de microfinance agréées de la CEMAC sont bien implantées dans ce pays.

– 12,2 % des Camerounais ont un compte dans une institution financière (Banque, Microfinance et Poste).

La fermeture des banques et établissements financiers-régulateurs de l’économie à travers la monnaie a comme moyen d’action l’étranglement du système bancaire national si elle juge que la situation politique d’une nation en période in- et/ou post-électorale peut réussir à faire plier un régime sortant rejeté par la communauté internationale. L’astuce consiste à priver le pays du robinet à Fcfa pour que les marges de manœuvres qu’apporte une autonomie financière se rétrécissent de manière si contraignante qu’il devient chaque jour plus dangereux pour le président sortant de bénéficier du soutien de son peuple.

Il s’agit donc d’une sorte d’embargo commercial sur le pays qui contraint en général le chef de l’Etat sortant à quitter le pouvoir alors jugé usurpé. Dans un tel scenario les mouvements d’argent via mobile peuvent s’accélérer sur les plateformes digitales des opérateurs mobiles en activités et donc servir de voie de contournement pour virer les paiements des salaires des fonctionnaires et ceux des produits de première ou de seconde nécessité. Cette stratégie d’étranglement économique perd une partie de son pouvoir contraignant au vu d’un tel rapport.

Alors le FMI a moins de force de contrainte lorsque que son embargo applique un étranglement financier sur un pays ou la majorité croissante des comptes « bancaires » via mobile échappent au contrôlent des banques traditionnelles. Le fait donc de ne pas autorisés que les 2/3 du total des actifs bancaires   ne circulent en mobile money ou que plus de la moitié des actifs hébergés par les microfinances soient interdites de circulation via le mobile money au Cameroun peut être interprétés comme une mesure préventive que le Cameroun met insidieusement en place pour ne pas avoir à subir les conséquences de la complicité des banques internationales avec des futurs caprices de la communautés internationales. Il faut tout de même reconnaitre que nous ne sommes pas encore en mesure de dire comment fonctionne Orange ou MTN Mobile Money de sorte que l’on puisse déterminer si ce sont bel et bien des banques à part entière ou si elles sont des clients de banques ou leurs comptes leurs servent de support pour ont bien implantées dans ce pays thème qui couvre cette problématique est celui de l’impact

Voir plus

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close