CamerounScienceSociété

Plus de 100 employés licenciés par MTN Cameroon

Plus de 100 employés de la filiale camerounaise de l’opérateur Mobile Telecommunications Network (MTN) a reçu des lettres de licenciement depuis le début de la semaine du lundi 29 octobre. Jamais depuis les débuts de MTN, on aura vu pareille crise dans la compression des ressources humaines de cette grande société qui a déjà acquis un une longue expérience au Cameroun.

Ce malaise interne découle d’une récente réorganisation de MTN avec pour effet la suppression où la transformation de certains postes de travail du haut au bas de l’échelle. « Ainsi, avons-nous le regret de vous notifier, par la présente, la rupture du contrat de travail vous liant à MTN Cameroon, à compter du 31 octobre 2018 » nous affirme un concerné alors que nous même nous lisons la correspondance lui étant adressé en tant que licencié.

Pour faire simple, admettons qu’en gestion d’entreprise, la compression de la ressource humaine est un procédé généralement admis de tous, pour ce qui est du timing, les partants nous font savoir que c’est surtout la non-atteinte des objectifs annuels assignés aux divisions compétentes a justifié pour la plupart du temps cette vague de limogeage. Le déclic est venu d’un audit qui s’est notamment soldée par des états financiers catastrophiques avec une baisse de 8% du chiffre d’affaires à la fin septembre 2018. Un cadre tenant à garder son identité sécrète nous avoue alors qu’auparavant, MTN enregistrais environ 60 milliards FCFA de recettes par trimestre, des rentrées qui aujourd’hui atteignent à peine 50 milliards FCFA. Le titre de cadre ne justifie pas qu’il connaisse pour autant cette information mais en fait, il s’agit d’un sous-directeur de MTN. Il faut donc croire que les performances financières de la fin d’année de MTN vont être plus positives.

Mais la contre-performance financière vient s’ajouter des cas d’énormes détournements de fonds sous le mandat de la Sud-africaine Philisiwe Sibiya qui a quitté le Cameroun en décembre 2017 après un séjour de 3 ans. C’est dire que même si ces contre-performances pouvaient être redressées, les pratiques de compression sélectives de cadre n’auraient toujours pas réussi soldé le problème. MTN a fait donc autant de licenciement parce qu’il a réussi à identifier et épingler ses employés arrivés dans la maison MTN depuis plus de 5 ans à travers des recrutements fantaisistes qui n’ont obéi à aucun critère objectif de performance.

Déjà à l’origine d’une vague de départs volontaires, suscités par lui-même en 2017, cet opérateur affiche, à fin septembre 2018, un parc de 6,9 millions d’abonnés, contre 6,6 millions au 2ème trimestre de l’année en cours, mais bien loin des 10 millions d’abonnés de 2013. Le leader de la téléphonie mobile au Cameroun est, depuis septembre dernier, dirigé par le Néerlandais Hendrik Kasteel. Espérons donc que la fameuse rigueur germanique qui a fait ses preuves sous d’autre cieux en manière de gestion des entreprises réussissent là où d’autres ont voulu échoué ou ont carrément raté le tir de la performance.

Voir plus

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close